Menu
Nos propositions

Pacte pour l'agriculture


Au nom de la préservation du patrimoine agricole et alimentaire, il faudrait simplifier la loi pour permettre aux petits paysans de commercialiser en circuit court leurs semences librement reproductibles.
Par ailleurs, il faudrait ouvrir le catalogue officiel à ces semences paysannes pour que les fruits et légumes qui en sont issus puissent être commercialisés plus largement auprès de tous les consommateurs. Cela exige l'assouplissement des critères actuels d'enregistrement des semences des paysans au catalogue et une exemption de paiement de cette inscription pour les petites structures.


30 PROPOSITIONS POUR UNE AGRICULTURE DURABLE

  • Une réforme agraire pour octroyer des terrains cultivables à ceux qui le demandent
  • La mise en place d'un vaste Plan d'Aide et d'Accompagnement à la Reconversion Ecologique sur 4 ans,
  • La conversion de toutes les terres en Bio dans un délai de 20 ans,
  • La création d'urgence, dans chaque lycée agricole, d'une filière Bio,
  • Le développement de Nouvelles Filières d'Avenir : Chanvre, lin, maraîchage, etc. pour remplacer le tabac, le maïs...
  • La mise en place d'un Plan Emploi pour l'installation des Jeunes Agriculteurs, articulé notamment sur des processus d'apprentissage (initial ou continu), de recherche et d'accompagnement pour promouvoir les projets de petit taille et les techniques de culture agro-écologique,
  • L'institution d'un mécanisme de lissage des revenus des agriculteurs (car ils subissent trop de hauts et de bas) et de relever le montant minimum des retraites au niveau du SMIC,
  • Le développement d'une politique foncière ambitieuse pour protéger les terres arables et le développement de la production alimentaire, en priorité en périphérie urbaine (ceintures vertes etc.),
  • Le développement de l'autonomie énergétique des exploitations : biomasse, photovoltaïque...
  • La promotion d'une PAC écologique et biologique,
  • La mise en place d'un nouveau mode de calcul des aides basé sur les services environnementaux en tenant compte des emplois plus que de la taille de l'exploitation,
  • L'arrêt des monocultures, à fort risque climatique,
  • L'interdiction des OGM et des nanotechnologies, pas de moratoire
  • La création d'un Plan National pour l'Alimentation Locale, Biologique et Sanitaire, les circuits courts, les ateliers collectifs de transformation,
  • La diversification de la production, la vente directe, les marchés bio, et la favorisation de l'autoproduction alimentaire,
  • La création des Régies Municipales Agricoles pour une alimentation bio de proximité vers tous les pôles de restauration publique (hôpitaux, maisons de retraite, cantines...) ainsi que la mise en place d'une option végétarienne,
  • La libéralisation de la diffusion des semences naturelles et biologiques,
  • De faire contribuer les SAFER et les Chambres d'Agriculture au développement des structures paysannes bio,
  • Le recensement des terrains abandonnés pour en permettre la culture par des personnes volontaires qui paieront un loyer,
  • Le développement des groupements fonciers dans lesquels quiconque peut acheter des parts de terrain, obligatoirement loués à de jeunes agriculteurs,
  • La généralisation des diagnostics globaux de conversion à la bio,
  • La multiplication des jardins partagés et la promotion de la permaculture comme de la biodynamie,
  • La revitalisation du milieu rural en encourageant le retour du travail à la terre et le développement des éco-villages,
  • Le développement et la valorisation de la biodiversité agricole et sauvage (plantes et animaux) dans les fermes, la favorisation des échanges de savoir-faire et de semences reproductibles entre paysans et jardiniers, la prévention de la bio-piraterie et de la concurrence économique déloyale,
  • L'encouragement pour ceux qui le souhaitent à produire et distribuer une alimentation saine (donc bio), accessible à tous, et par conséquent à avoir accès aux ressources (foncier, eau, semences reproductibles, petits équipements, logement etc.)
  • La promotion de l'agriculture de montagne
  • L'institution d'un Organisme Mondial de Sauvegarde de la Biodiversité et d'un service spécial au Ministère de l'Agriculture pour la sauvegarde de l'eau
  • La sortie de la chimie par une législation adéquate et la prise de conscience active des consommateurs
  • Agir pour qu'aucun travailleur ne subisse des expositions à des produits nocifs.
Pacte pour l'agriculture


Inscription newsletter


Brèves
28/02/2017

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes
Alors que l’État cartographie les cours d’eau du pays, la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, a mobilisé ses troupes pour en faire déclasser le maximum. Enjeu : échapper aux règles sur la lutte contre la pollution. Deuxième volet de l’enquête de Reporterre.
Reporterre - 28/02/17
28/02/2017

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice
Le tribunal administratif a annulé la cession à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs d’une forêt sous laquelle doivent être enfouis des déchets nucléaires.
Le Monde 28/02/17
09/01/2017

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions
Les nouvelles régions françaises et leurs exécutifs ont un an. Au sein de ceux-ci, les élus proches de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, sont nombreux. Et détiennent les leviers de commande sur les nouvelles compétences échues aux régions, comme la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Enquête à retrouver sur Reporterre.net

Dernier tweet
Page Facebook
Partager notre site