Menu
Notre actualité

Européennes : Alliance écolo indépendante 3,7% des voix sans médias

Tribune d'Elise Verdier dans rue89



Européennes : Alliance écolo indépendante 3,7% des voix sans médias
La campagne des européennes avec Alliance écologiste indépendante fut ma première campagne, avec la force de la naïveté, de mes utopies... J’ai découvert la puissance des médias, des sondages, des bulletins de vote qui disparaissent mystérieusement des mairies, du CSA qui ne sert qu’à contrôler un système déjà déséquilibré.

L’Alliance est née de l’union de trois partis politiques (Génération écologie, France en action, Mouvement écologiste indépendant) il y a trois mois à peine. Nous faisons partie des sept partis politiques français qui ont déposé des listes dans les huit eurorégions et avons eu la chance de pouvoir financer des bulletins de vote de partout. Notre projet de société repose sur quatre valeurs essentielles : réalisme, respect, responsabilité et éthique.
 

« La campagne n’intéresse pas les français »

Au cours de cette campagne électorale, nous avons bien peu entendu parler de ces fameuses « petites/nouvelles listes », alors que les mastodontes de la politique sont surmédiatisés. Des débats où les mêmes et encore les mêmes sont invités à venir faire tourner leurs idées en rond... Malgré de nombreuses sollicitations auprès des différentes rédactions.
La réponse est toujours la même : « On ne peut pas inviter tout le monde ! » Alors on invite toujours les mêmes ! Et les journaux de titrer : « La campagne n’intéresse pas les Français... » Il y avait pourtant une vingtaine de listes alternatives pour la rendre intéressante...
Ce furent aussi les amis, souvent investis de longue date dans la défense des médecines alternatives (nous sommes les seuls à intégrer cet aspect-là de l’écologie dans notre programme), persuadés du bien fondé de l’Alliance, qui vous disent l’avant-veille du scrutin qu’ils vont « voter utile » en parlant d’Europe écologie vu qu’ils sont annoncés à 13% et nous à 2% dans les sondages... Combien ont pensé la même chose ?

« Ces petites listes qui n’ont pas réussi à décoller »

Puis, nous avons vécu ce drôle de dimanche soir, le 7 juin. Les yeux rivés sur nos écrans de télévision dans l’attente des résultats... qui ne seront finalement jamais affichés durant les trois heures qu’a durée la « soirée élections » sur France Télévisions, malgré nos demandes répétées par téléphone et notre visite dans les studios. Etrange...
Nous avions pourtant convaincus 3,7% des Français de nous suivre dans cette nouvelle aventure politique. Notre score apparaissait en fait dans la rubrique « Autres listes : 6,6% », alors que Lutte Ouvrière à 1,3% apparaissait en toutes lettres à l’écran.
Et pour finir : une sorte de néant ! Aucun article, aucune mention de notre existence dans les médias suite à l’élection... Si ! Le Figaro nous classe dans la catégorie « Ces petites listes qui n’ont pas réussi à décoller... »

Des pointes à 4,26 % dans certaines régions

D’accord, la performance de Daniel Cohn-Bendit était à saluer, mais tout journaliste vous dira que le score de l’Alliance en si peu de temps d’existence, avec quatre fois moins de budget que les « grands partis » (nous avons dépensé 600 000 euros tout de même...) et cinquante fois moins de médiatisation est formidable.
Mercredi, « la rage au ventre », j’ai décidé d’aller « toquer » à la porte des rédactions parisiennes pour voir s’il restait un peu de déontologie journalistique et de démocratie dans notre pays... Rue89 est à ce jour le seul à nous avoir proposé immédiatement une tribune pour nous exprimer. Nous attendons encore quelques réponses.
Comme je le disais précédemment, 3,7 % des suffrages au niveau national (des pointes à 4,26 % dans certaines régions) pour une structure politique nouvelle et peu médiatisée, c’est un score incroyable ! 625 220 personnes se sont reconnues dans ce nouveau modèle de société que nous proposons, dans cette alternative pertinente et nous les remercions d’avoir fait entendre leur voix.

Tout est lié : économie, santé, éducation, écologie...

Pourquoi une « alliance » ? Parce que le changement ne se fera pas seul ; il ne s’agit plus de tirer la couverture à soi mais d’agir ensemble. Nous pensons que tout est lié : l’économie, la santé, l’éducation, l’écologie... Nous insistons sur le fait qu’il faut agir sur les causes plutôt que sur les conséquences (produire moins de déchets, préférer la prévention en matière de santé, éduquer nos enfants différemment...)
Nous proposons de passer de la compétition à la coopération, de l’avidité à la solidarité, des tentatives de guérison à la prévention, de la passivité à l’action, de combiner écologie extérieure et écologie intérieure.
Nous nous définissons comme « indépendants » parce qu’en dehors du clivage droite-gauche. Notre alliance est réellement constituée de membres de tous bords, respectueux des idées de l’autre et partageant le même idéal de société. C’est une autre façon de faire de la politique, pour le peuple.
Photo : Jean-Marc Governatori, Antoine Waechter, Jean-Noël Debroise et Francis Lalanne, le 4 juin Paris (Bernard Boisson).


Inscription newsletter


Brèves
28/02/2017

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes
Alors que l’État cartographie les cours d’eau du pays, la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, a mobilisé ses troupes pour en faire déclasser le maximum. Enjeu : échapper aux règles sur la lutte contre la pollution. Deuxième volet de l’enquête de Reporterre.
Reporterre - 28/02/17
28/02/2017

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice
Le tribunal administratif a annulé la cession à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs d’une forêt sous laquelle doivent être enfouis des déchets nucléaires.
Le Monde 28/02/17
09/01/2017

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions
Les nouvelles régions françaises et leurs exécutifs ont un an. Au sein de ceux-ci, les élus proches de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, sont nombreux. Et détiennent les leviers de commande sur les nouvelles compétences échues aux régions, comme la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Enquête à retrouver sur Reporterre.net

Dernier tweet
Page Facebook
Partager notre site