Menu
Questions fréquentes

En terme de retraites, quel est le projet de l'Alliance ?



La première réforme des retraites a eu lieu en 1971 avec la loi Boulin, puis 1982, 1993, 1995, 2003, 2008, 2010 pour évoquer seulement les principales étapes. Le débat "répartition ou capitalisation" est obsolète. Il faut les 2. Si la masse globale des retraites est plus lourde qu'ailleurs, c'est lié à l'âge relativement précoce auquel les Français font jouer leurs droits (61 ans et 10 mois en moyenne, contre 65 ans dans l'OCDE), la rançon en étant la faiblesse des pensions. Quant au niveau de vie relativement plus avantageux des retraités, l'explication est double. Le COR prend en compte les revenus annexes du patrimoine qui s'ajoutent à la pension, et notamment le fait que 75 % des retraités sont propriétaires de leur logement (contre seulement 55 % pour les personnes en activité).
On n’a pas encore compris que d’une part, toutes les politiques étaient liées et que d’autre part, un système économique assis sur la compétition et l’hyper consommation était voué aux déficits en tous genres.
Par exemple, la politique de « santé » de notre pays coûtera 300 milliards d’euros à la collectivité en 2020, dont les ¾ financés par la Sécu parce qu’on se moque de la prévention. Même remarque pour une politique de « l’Emploi » tellement inefficace qu’elle génère autant de mal-être que de déficits.
Les budgets concernant les retraités subissent ces erreurs.
Bien sûr, on doit faire évoluer la durée de cotisation puisque aujourd’hui il y a moins de deux actifs-cotisants pour un retraité, alors qu’en 1960 c’était 4 pour 1. L’amélioration de l’espérance de vie va dans le même sens. Mais l’important ce n’est donc pas l’âge légal de la retraite mais la durée de cotisations nécessaire pour pérenniser les systèmes par répartition. Evidemment, on tiendra compte de la pénibilité et il est juste que les fonctionnaires participent comme les salariés du privé. D’autre part, on sortira de l’impasse par une action sur les recettes : les gros revenus doivent participer significativement.
Mais aussi par l’état d’esprit des populations en termes de responsabilité et de vouloir d’achat.
Puisqu’on raisonne avec un plan sur plusieurs décennies, on peut concevoir un système qui permette à tous, à terme, la propriété d’un habitat digne et un accès à une alimentation saine.
Forte de ces 2 piliers (alimentation et habitat), la population peut s’épanouir avec des besoins financiers moins importants puisque il n’y aura plus le coût du logement : en multipliant les jardins potagers collectifs, en ruralisant notre pays, l’alimentation sera plus saine et plus abordable. En facilitant l'accès au crédit immobilier par un taux fixe bas pour la résidence principale, les citoyens paieront un crédit au lieu de payer un loyer.
Dans un autre registre, si beaucoup souhaitent prendre leur retraite professionnelle aussi tôt que possible, c’est parce que le plaisir est absent. C’est un point à … travailler ! Avec de meilleures relations humaines au sein des entreprises, avec les clients et les « fournisseurs », avec un management digne de ce nom mais aussi avec une économie de proximité qui réduira largement les transports pénibles, on rencontrera le plaisir.
Nous rappelons qu’un adulte occidental qui  travaille, est occupé le quart de son temps de vie dans cette activité (44 heures en moyenne hebdomadaire, avec les transports, 25 minutes selon sondage IFOP de février 2013). Un tiers est consacré au sommeil. Il reste quand même près de la moitié du temps disponible plus les congés.
Nous précisons cela car une personne qui entendrait les commentaires habituels sans rien connaître à la vie professionnelle, penserait que travailler, c’est infernal. Ce n’est pas le cas pour la très large majorité des Occidentaux.
On se rappellera aussi que des milliards d’êtres humains ont des difficultés d’accès à l’éducation, à un toit, à une eau potable, à une alimentation saine, outre les violences répétées dont beaucoup sont victimes. Cela nous incitera à mieux apprécier notre situation.
Il n'en reste pas moins vrai qu'une partie de nos retraités vit des moments très difficiles. D'autres relations humaines, une meilleure gestion des finances publiques qui donnera des marges de manoeuvre, leur permettront une vie plus digne.
Nos seniors en maison de retraite seraient souvent plus heureux chez nous, à la maison. Et dans trop de maisons de retraite, comme dans les hôpitaux, on manque de connaissances en matière de nutrition, de sommeil, d'activités physique et spirituelle. Enfin, la présence d'un animal, lorsqu'il est accepté par le senior et l'animal, est très bénéfique.  
 




Pour nous contacter par mail :
info@alliance-ecologiste-independante.fr



Brèves
26/06/2020

Inde : le Sikkim est le 1er État 100 % bio au monde

30/04/2020

5G Apocalypse une impasses collective et individuelle

Un documentaire complet par Sacha Stone mettant en avant la menace existentielle qui représente la 5G pour l'humanité, comme on ne l'aurait jamais imaginé
28/04/2020

50.000 satellites 5G, pour quoi faire ? Entretien avec Jean-Marie LOPEZ, astronome



Numéro vert pour la personne handicapée
0800360360