Menu
Nos propositions

Ecologie éducative


Deux questions fondamentales se posent : Quel monde allons nous laisser à nos enfants et quels enfants allons nous laisser au monde ?


Notre école est (très) MALADE, malgré les multiples réformes qui ne lui ont pas permis de s’adapter aux changements de la société. Devant les résultats en chute libre aux évaluations internationales (25eme place), la souffrance trop méconnue des enseignants et celle des élèves en échec, (ou pas) et pour diverses raisons, sans oublier l’augmentation de la violence miroir de la société ;

Il est urgent d’analyser les causes afin de réagir, guérir et prévenir par des solutions appropriées. Pour une vraie refondation de l’école digne du 3eme millénaire nous proposons deux séries de mesures. Les unes sont d’ordre “humaines’’ pour une école “humanisante. Les secondes ont pour but d’améliorer le fonctionnement et l’efficacité du système éducatif, l’ensemble des propositions visant à réduire l’échec scolaire tout en favorisant l’épanouissement des élèves… dans le plaisir d’apprendre et d’enseigner.

Une priorité : réinventer une formation des enseignants pour éviter qu’ils ne désertent devant une mission devenue impossible avec un seul bagage académique ! Il est bon qu'ils soient formés à la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, et à la dynamique de groupes.

Etant donné l’importance fondamentale de la relation entre l’enseignant et l’élève dans la motivation et la réussite de ce dernier ; l’enseignant peut découvrir dans sa formation les comportements qui stimulent le désir et le plaisir d’apprendre chez les enfants, qui augmentent leur confiance en eux, leur sens de la responsabilité, leur autonomie…

Des enseignants et des élèves heureux, oui c’est possible !

De ce fait, nous demandons l'introduction officielle de la formation à la communication “bienveillante’’ et à la paix à tous les niveaux du système éducatif en particulier dans la formation initiale et continue des enseignants.

Après l’appel de l’ONU, un programme a été élaboré par le Collectif de la coordination française pour la décennie (Education à la non violence et à la paix), depuis 2005, avec des finalités claires, des outils, des méthodes pédagogiques spécifiques un programme prévoyant des horaires, et une progression. Elle a été élaborée grâce aux recherches d'enseignants chercheurs, d’inspecteurs, de psychopédagogues, spécialistes des sciences de l'éducation, des neurosciences et de philosophe comme Edgar Morin... pour un apprentissage au Savoir-Etre et Vivre-Ensemble dans des relations pacifiées et respectueuses de chacun.

Un savoir pour la VIE ! Ce programme a été mis en place au Canada, en Finlande, au Brésil... et dans certains établissements en France, avec succès. Il est impératif de lutter contre toute forme de violence (sexisme, maltraitances diverses, jeux dangereux, et le harcèlement parfois mortel !).

Les objectifs détaillés de ce programme en éducation psychosociale d’importance capitale sont détaillés sur le site de l’Alliance (Communication dans l’écoute, le respect, la coopération, confiance en soi, gestion de conflits, connaissance de soi, de ses besoins, sentiments, émotions…) La formation sera donnée par des praticiens en sciences humaines et sciences de l’Education à travers jeux de rôles, groupes de paroles…)

Nous demandons l’intégration, dans la formation des enseignants en Education physique et sportive, d’un apprentissage des bases de la relaxologie et sophrologie (utilisée dans l’entrainement de sportifs de haut niveau). Les exercices permettant de développer, attention, mémoire, confiance, et de gérer le stress et les émotions, auront un impact certain sur les résultats et le bien être des élèves (et resteront un atout précieux pour leur vie future).

NOS PROPOSITIONS

Mettre en place un débat national public de 6 mois ponctué par un referendum, permettant de définir des objectifs pédagogiques, des orientations pour les élèves, d’élaborer le recrutement et la formation des enseignants, les contenus des programmes incluant l’Education à la parentalité et à la santé, les horaires et l’introduction de la communication relationnelle bienveillante et les sciences psychosociales.

Il a été prouvé que tout élève ayant un retard dès les premières classes du primaire était candidat à l’échec dans le secondaire ; il est donc indispensable de mettre en œuvre une politique qui permette de mieux repérer dès la maternelle et le primaire les fragilités scolaires (ou psychologiques) afin d’offrir un soutien personnalisé pour compenser au mieux les inégalités socio culturelles (et pourquoi pas un tutorat par un élève plus âgé ?). Cela sera une priorité (tout élève devant avoir un prérequis indispensable à l’entrée en 6eme.19 % ont de graves difficultés en lecture).

L’effort sera fait en priorité pour le primaire

Nous souhaitons nous inspirer des expériences positives d’écoles innovantes (en France et à l’étranger)
  • Eveiller le désir et le plaisir d’apprendre et d’enseigner grâce au développement de la motivation et à de nouvelles relations entre les élèves, les enseignants et les acteurs de l’équipe éducative. (encourager l’esprit d’équipe). Encourager la coopération avec les parents.
  • Passer du collège unique qui a montré ses limites a des parcours diversifiés selon les talents des élèves (avec effectifs réduits pour les plus fragiles).
  • Intégrer dans le programme l’apprentissage du “comment apprendre’’. La méthodologie est un savoir indispensable (techniques diverses d’organisation et de gestion du mental).
  • Apprentissage de l'autoévaluation par l'élève
  • Cultiver au sein des classes la coopération plutôt que la compétition
  • Instaurer un plan d’Education artistique dès la maternelle : Créativité = Epanouissement (développement des diverses formes d’intelligence).
  • Améliorer l’apprentissage d'une langue vivante par un séjour dans le pays, préoccupation de l’OCDE pour construire une citoyenneté européenne.
  • Instaurer un tutorat permettant des échanges de savoirs entre élèves, très valorisant pour tous.
  • Restaurer une autorité analysée avec les élèves, concernant la loi, les règles, le respect et la sanction juste et systématique lors d’un contrat élaboré avec les élèves, l’enseignant s’engageant aussi vis-à-vis d’eux.
  • Instaurer une éducation à l’éco-citoyenneté.
  • Donner enfin au sport la place qu'il mérite : vecteur de santé, de valeurs, de saine compétition, d’équilibre.
  • Faire choisir par le jeune une activité sportive ou artistique grâce à un aménagement des horaires l'après-midi (comme dans d’autres pays).
  • Mise en place de cours d’hygiène de vie, de diététique, de réanimation et de massage cardiaque, en cours de sciences et vie de la Terre.
  • Mise en place dans chaque établissement agricole des formations biologiques obligatoires. Encourager ces filières.
  • Développer le contact avec la nature et les animaux (classes vertes pour tous).
  • Instaurer un lien plus étroit avec les entreprises et embrasser l'apprentissage pour les jeunes qui le souhaitent.
  • Mise en place d’un module sur les métiers dès le début du secondaire (avec exposés et rencontres des professionnels).
  • Etudier la suppression du baccalauréat (de plus en plus dévalué et couteux ! 1,434 milliard d’euros d’après le Snpden) remplacé par un certificat de fin d’études sur la base du contrôle continu.
  • Instaurer un examen d’entrée en fac selon la filière choisie, pour éviter le coût astronomique pour l’état des redoublements de 1ere année (11630 euros par élève/an). Avec un numerus clausus sur les filières.
  • Changer les formations en vertu des conjonctures économiques pour assurer des débouchés.
  • Etablir un service civique obligatoire de 6 mois entre 15 et 25 ans et lancer des Etats généraux de la Jeunesse.

Il est grand temps que les politiques s’alarment des conséquences sociétales maléfiques du mal être scolaire !! Voilà une liste (non exhaustive) des propositions prioritaires, qui, avec la participation de tous, (responsables, formateurs, parents, élèves et équipes pédagogiques) permettra à l’école de devenir le creuset d’une société constituée d’êtres humains responsables, en bonne relation avec eux-mêmes et avec les autres !


Inscription newsletter


Brèves
28/02/2017

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes
Alors que l’État cartographie les cours d’eau du pays, la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, a mobilisé ses troupes pour en faire déclasser le maximum. Enjeu : échapper aux règles sur la lutte contre la pollution. Deuxième volet de l’enquête de Reporterre.
Reporterre - 28/02/17
28/02/2017

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice
Le tribunal administratif a annulé la cession à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs d’une forêt sous laquelle doivent être enfouis des déchets nucléaires.
Le Monde 28/02/17
09/01/2017

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions
Les nouvelles régions françaises et leurs exécutifs ont un an. Au sein de ceux-ci, les élus proches de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, sont nombreux. Et détiennent les leviers de commande sur les nouvelles compétences échues aux régions, comme la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Enquête à retrouver sur Reporterre.net

Dernier tweet
Page Facebook
Partager notre site