Menu
Notre actualité

Plan Climat Hulot


le mélange des genres péché mignon de nos gouvernants


Plan Climat Hulot
En décidant d’élargir la prime à la casse aux véhicules anciens et en instaurant deux primes à destination des ménages les plus modestes peinant à payer leurs factures d’énergie Nicolas Hulot se fait le porte voix d’une haute administration française qui nous explique depuis des années que la question énergétique est avant tout celle de la précarité et des plus pauvres. Cette manière de voir les choses aboutit à rendre peu accessible ces dispositifs visant la transition énergétique et à créer autour d’eux tout un tas d’officines et d’administrations dont le but premier est…justement d’expliquer comment ça marche. De plus, cette vision débouche sur une absence totale d’effet levier sur l’économie puisque les travaux aidés s’adressant à des publics sans ou avec peu de ressources doivent être pris en charge dans leur quasi-intégralité par les pouvoirs publics. Résultat : là où nos voisins baissent de manière substantielle leur consommation d’énergie primaire dans le résidentiel en France nous arrivons à peine à la stabiliser. Il faut arrêter d’identifier la cause écologique avec le problème social. Ce dernier existe bien sur mais il faut le traiter de manière spécifique : la transition vers un nouveau modèle énergétique nécessite une autre vision.
Pour changer la donne il y a quelques outils opérationnels qui s’adressent à tous les Français quelle que soit leur situation en termes de ressources : pour la mobilité les carburants de substitution (GNV, GPL et éthanol notamment) qui sont commercialisés et qui peuvent contribuer de manière efficace à éviter les pics de pollution et pour la tenue thermique des logements le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique ( CITE) qui depuis 2015 permet la prise en charge à hauteur de 30 % des travaux de rénovation thermique. Malheureusement, ces outils sont très peu utilisés par les Français (3 % du parc automobile et 7 % des propriétaires occupants et locataires) car ils restent pour une large part méconnus et surtout leur mise en œuvre n’est pas relayée sur le terrain par les collectivités locales. C’est pourquoi l’Alliance écologiste indépendante ne peut qu’être déçue de ne pas voir figurer dans le Plan de Nicolas Hulot des dispositions favorables aux véhicules utilisant des carburants de substitution au diesel et à l’essence et également de ne voir aucune incitation en faveur des collectivités locales qui décident d’octroyer des aides complémentaires au CITE. Si on veut attendre 2040 avant l’obtention de résultats tangibles continuons dans cette voie !
Patrice Miran


Inscription newsletter


Brèves
28/02/2017

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes
Alors que l’État cartographie les cours d’eau du pays, la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, a mobilisé ses troupes pour en faire déclasser le maximum. Enjeu : échapper aux règles sur la lutte contre la pollution. Deuxième volet de l’enquête de Reporterre.
Reporterre - 28/02/17
28/02/2017

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice
Le tribunal administratif a annulé la cession à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs d’une forêt sous laquelle doivent être enfouis des déchets nucléaires.
Le Monde 28/02/17
09/01/2017

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions
Les nouvelles régions françaises et leurs exécutifs ont un an. Au sein de ceux-ci, les élus proches de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, sont nombreux. Et détiennent les leviers de commande sur les nouvelles compétences échues aux régions, comme la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Enquête à retrouver sur Reporterre.net

Dernier tweet
Page Facebook
Partager notre site