Menu
Les solutions existent ! #ouicpossible

Création d’emplois, réparation, insertion : à Lyon, une belle expérience

Source : Reporterre - 24/11/16


Envie Rhône est une entreprise emblématique de l’économie sociale et solidaire. Elle lutte contre l’exclusion socioprofessionnelle en donnant une seconde vie aux produits électroménagers destinés au rebut.


Lorsque l’on pénètre dans le magasin d’Envie [1 ], à Lyon, on trouve tous les types d’appareils domestiques : cuisinières, frigos, machines à laver, TV, ordinateurs… Ils sont d’occasion, ou neufs avec juste un défaut d’aspect, remis en état et garantis un an, à des prix avantageux. D’un point de vue citoyen solidaire et écolo, outre la possibilité de payer en gonettes, la monnaie locale, l’intéressant se passe aussi en amont, sur le site technique de Villeurbanne.

L’activité se déploie selon un processus bien rodé. Collecte des appareils défectueux ou abîmés, principalement chez les grandes surfaces de distribution. Déchargement des camions, manipulations, tri. Évaluation de ce qui peut être réparé sans trop de difficulté : pour cela, explique Florent Petelat, responsable production, « il faut les compétences très pointues de nos deux encadrants techniques, qui sont très bons ». Puis, selon les cas, réparation, remplacement des pièces manquantes, nettoyage, remballage, expédition au magasin où les appareils rénovés seront vendus à nouveau, livrés et installés chez les clients. Ou bien démontage des appareils pour récupérer tout ce qui alimente le « gisement de pièces détachées à réutiliser ». Le reste sera recyclé dans le respect de la réglementation, autre volet important de l’activité du groupement Envie Rhône-Alpes (Rhône et Loire).


Plus de 600 personnes de retour à l’emploi durable

Du côté du service après-vente, en plus de la garantie d’un an sur tous les produits vendus au magasin, Envie Rhône développe depuis 2015 une nouvelle offre. Elle consiste à proposer aux particuliers, pour des appareils en panne et hors garantie, un service de réparation sur devis, avec une nouvelle garantie d’un mois après la remise en état. Les tarifs sont là aussi très avantageux, le coût du devis (30 €) est déduit de la facture ultérieure. Les interventions se font en priorité avec les pièces d’occasion récupérées. Ce nouveau service remporte déjà un succès certain et devrait se développer, relançant le secteur en déshérence de la réparation.

Lire la suite sur Reporterre


Inscription newsletter


Brèves
28/02/2017

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes

La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes
Alors que l’État cartographie les cours d’eau du pays, la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, a mobilisé ses troupes pour en faire déclasser le maximum. Enjeu : échapper aux règles sur la lutte contre la pollution. Deuxième volet de l’enquête de Reporterre.
Reporterre - 28/02/17
28/02/2017

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice

Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice
Le tribunal administratif a annulé la cession à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs d’une forêt sous laquelle doivent être enfouis des déchets nucléaires.
Le Monde 28/02/17
09/01/2017

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions

La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions
Les nouvelles régions françaises et leurs exécutifs ont un an. Au sein de ceux-ci, les élus proches de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, sont nombreux. Et détiennent les leviers de commande sur les nouvelles compétences échues aux régions, comme la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Enquête à retrouver sur Reporterre.net

Dernier tweet
Page Facebook
Partager notre site